DCAS

2011
(Autoproduction/OMC)

Official Eilera Website:
www.eilera.com

TRACKLIST

  1. Marching Towards Dawn (intro)
  2. Don’t Go Fight
  3. Fly
  4. Passport Please
  5. Lucie After War
  6. Celtic

PART II

  1. Slow Down Time
  2. Rob My Soul
  3. So What?!
  4. At a +-Roads
  5. From Pink To Black

CREDITS

Music by Eilera except for
'Marching Towards dawn' by Loïc Tézénas ; 
'Rob My Soul', ' From Pink To Black', 'Fly' and 'So What?!' by Loïc Tézénas and Eilera.
All arrangements by Eilera and Loïc Tézénas
Lyrics by Eilera
Eilera : Vocals
Loïc Tézénas : Guitars
Jan Sormo : Bass
Additional musicians on PART I:
Yoann La Gall : Drums
Max Lilja: Cello
Tony Canton: Fiddle
Additional musicians on PART II:
Jean Ferry : Drums
Max Lilja: Cello
PART I was recorded in 4 different home studios in France and in Finland.
Mixed and mastered by Loïc Tézénas in Home Studio
Produced by Eilera and Loïc Tézénas
Drums engineering in PART II :Mathieu Romarin at Vertic Studio
Mix of PART II : Hiili Hiilesmaa at Yellow House Studio
Mastering of PART II : Svante Forsback at Chartmakers Studio
Produced By Eilera.
Co-produced by Hiili Hiilesmaa and Loïc Tézénas
eilera promo pic dcas

LOIC TEZENAS – EILERA – JAN SORMO

REVIEWS

METALLIAN REVIEW

METALLIAN REVIEW

DARKER CHAPTER … and stars – PART II

VS-Webzine (fr)

(…) On est bien en présence d’un album dont la continuité se trouve assurée par une solide homogénéité dans le son et les ambiances déployées sur les dix titres. A nouveau, l’efficacité des titres repose pour beaucoup sur l’alchimie entre Loïc Tezenas – machine à riffs et song-writer remarquable – et Eilera elle-même, infinies modulations d’un chant qui n’est qu’une vaste invitation au voyage. Un morceau comme « Rob my soul » constitue un magnifique cas d’école, single inusable dont il ne faut plus toucher une note au risque de déséquilibrer l’édifice (…)

Beat The Blizzard (en)

(…) probably my favourite track of the album (part 1 included), namely « Rob My Soul », which the band also cleverly have chosen to be the « single » to promote the release. It includes a lot of elements known by the typical symphonic femme metal bands, catchy chorus, big keyboard/string arrangement and piano melodies. What easily separate this from the more commercial bands is the stamina and integrity that you can feel is very much present here. This isn’t made to firstly sound nice on the radio or to please others, it still sounds like what the composers prefer it to sound like, no compromises done. For example in the guitar solo, or the hard hitting final of the song, I simply love it! (…)

DARKER CHAPTER … and stars – PART I

VS-Webzine (fr)

(…) Dotés d’un son de guitare massif les riffs dégagent une énergie énorme sans oublier pour autant les rivages pop-rock avec lesquels flirtent la musique d’Eilera. Une énergie positive qui sait également se canaliser et faire la part belle à cette atmosphère celtique qui caractérise la griffe du groupe ; les partitions des violons et violoncelles s’intègrent en effet parfaitement à l’ensemble et ajoutent une couleur folk convaincante. Quelques touches electro viennent émailler les compos ici et là pour ajouter une tonalité résolument moderne aux morceaux qui contraste harmonieusement avec les ambiances traditionnelles installées par les instruments à cordes et leurs mélodies entêtantes. (…)

Heavylaw (fr)

(…) Sur ce début d’album, composé de 5 morceaux ainsi qu’une intro, on retrouve un Eilera plutôt changeant, ayant modernisé son propos. Si les éléments folk et autres petits bruitages electro sont toujours présents, la principale différence qui saute aux yeux (ou aux oreilles) est un son de guitare plus incisif, presque « néo » qui donne un sacré coup de punch à la musique d’Eilerasans pour autant la dénaturer ou oublier ses racines. Ici on assiste à une fusion parfaite des influences en vigueur sur les précédents albums avec cet esprit plus rentre-dedans, en témoigne l’incroyable Fly, aux couplets martiaux et refrains écrasants, qui incorpore fort judicieusement quelques violoncelles et nous offre un final en fanfare mettant à l’honneur le guitariste Loïc Tézénas qui déballe ici ses riffs les plus acérés et rapides, en plus d’un solo fort réussi. (…)